03 avril 2013

Cinéma avec les RADD

Dans le cadre des Rencontres Auxerroises du Développement durable,

l'équipe des RADD, le cinéma casino CGR, et Cinémanie

vous invite à la projection-débat du film

"Même la pluie"

Vendredi 5 avril à 20h15

au cinéma Casino-CGR Auxerre

bande annonce ICI

Un film de la cinéaste Iciar Bollain, 

sur un scénario de Paul Laverty, le collaborateur de ken Loach. 

Posté par radd89 à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2013

Projection du 5 avril

Dans le cadre des RADD2013 sur le thème de l'eau

et

en partenariat avec le Casino et Cinémanie,

Projection le vendredi 5 avril à 20h.

du film

"MEME LA PLUIE"

Le film présenté est une parabole sur les rapports entre l’art et la vie, mais c'est aussi une oeuvre sur l’urgence d’agir, de s’engager - fut-ce contre soi-même, son égoïsme et ses intérêts, sur le choix crucial de l’individu ou du collectif, de la création ou du politique, du court terme ou d’un lointain horizon. C'est un oeuvre forte  qui convient à la philosophie des RADD. 

"Même la pluie" est d’abord un film sur le tournage d’un film, dévoilant les coulisses de la création, filmique. Une équipe espagnole, menée par Sebastian, jeune réalisateur passionné, et Costa, le producteur, arrive dans le décor somptueux des montagnes boliviennes pour tourner un film sur l’arrivée de Christophe Colomb aux Amériques, inspiré par la défense des droits des Indiens, que menèrent, en leur temps, Antonio de Montesinos et Bartholomé de Las Casas. Mais les budgets de production sont serrés et Costa, le producteur, se félicite de pouvoir employer des comédiens et des figurants locaux à moindre coût. 

Cette trame intègre donc un deuxième film, l’œuvre tournée en l’occurrence, à la fois témoignage et fiction sur les débuts de cette colonisation du royaume aztèque. On retrouve ici la flamme des défenseurs des Indiens, l' affirmation de leur dignité et de leur respectabilité au nom de cette âme que des philosophes aristotéliciens leur dénient.

Mais le deuxième film ne se contente pas d’être un microcosme du premier. Le coup de génie de la cinéaste, la madrilène Iciar Bollain et de son scénariste, Paul Laverty, le collaborateur de Ken Loach, est d’avoir imaginé une contamination entre l’art et la réalité, une interférence entre le tournage de ce film d’époque et la réalité, quotidienne, économique des Boliviens autour du conflit fondamental qui a lieu autour de la question de l'eau potable. La privatisation par une société privée, le consortium de l’Américain Betchel   des puits et de la nappe phréatique des habitants de Cochabamba va bouleverser la réalisation de leur film et troubler les bons sentiments des réalisateurs. Bientôt le tournage est interrompu par la révolte menée par l’un des principaux figurants contre le pouvoir en place qui souhaite privatiser l’accès à l’eau courante. Costa et Sebastian se trouvent malgré eux emportés dans cette lutte pour la survie d’un peuple démuni. Ils devront choisir entre soutenir la cause de la population et la poursuite de leur propre entreprise sur laquelle ils ont tout misé. Ce combat pour la justice va bouleverser leur existence.

Posté par radd89 à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]